Leste Nyemgah Wo-Ndong | WWF

Introduction

Au terme d’une formation professionnelle, qui devrait permettre à un jeune professionnel de s’insérer dans le monde professionnel ; il est généralement difficile pour ce dernier de trouver un travail directement à la fin des études. C’est à ce niveau qu’on peut mesurer toute l’importance qu’un système de volontariat peut avoir. A ce titre, notre participation au programme de volontariat du WWF nous a permis d’acquérir en général une expérience professionnelle internationale.
C’est également le moment de louer l’initiative de WWF qui a mis sur pied ce programme ; ainsi que tous ses partenaires financiers qui supportent les coûts du programme. C’est également une occasion de susciter parmi la jeunesse l’intérêt pour la conservation de la nature et de ses ressources.

Contexte et justificatif de ma participation

Le WWF, comme de nombreuses structures dans le monde, offre la possibilité aux jeunes professionnels de pouvoir acquérir une expérience ; en situation réelle de travail. Le programme de volontariat, en plus de donner une expérience, permet susciter l’intérêt des participants à œuvrer pour la conservation de la nature. C’est dans ce cadre qu’en août 2013, j'ai été sélectionné comme volontaire du WWF international. En déposant notre candidature à ce programme de volontariat, notre objectif était d’acquérir une expérience internationale d’une part et d’être confronté aux exigences de travail dans une ONG internationale d’autre part.
Une fois sélectionnée, j'ai été appelé à assister le coordonateur du projet gestion durable de la mangrove du Sénégal, basé à Foundiougne. Il s’agit d’un projet mis en œuvre en partenariat entre WWF-Allemagne et WWF-WAMPO (West Africa Marine Ecoregion) au Sénégal. Notre mission couvrait une période de six (06) mois allant du 6 septembre 2013 au 6 mars 2014 ; avec une prise en charge par le Programme de Volontariat du WWF.
Leste travaillant sur le projet des mangroves

© WWF / Leste Nyemgah Wo-Ndong

Objectif

Toutefois, dans le projet mangrove_BMZ, l’objectif qui a été assigné au volontaire était : d’appuyer l’élaboration d’outils participatifs de gestion de la mangrove et identification de techniques appropriées d’exploitation durable des ressources naturelles. De manière spécifique, les objectifs étaient déclinés sous forme de tâches. Dans la suite, chaque tâche fera l’objet d’une évaluation en termes d’activités de bureau et d’activités de terrain.

Participation aux activités de bureau

Rédaction des TDR, planification des activités, réunions internes et avec les partenaires, rédaction des documents de partenariat, préparation des missions, participation aux groupes de travail (ateliers, conférence, etc.).

Participation aux activités de terrain

Journées de reboisement, descente de suivi-évaluation des activités, collecte des données, information et sensibilisation, atelier de restitution des études,

Le savoir-faire acquis durant le volontariat

  • Les exigences de travail dans une grande Organisation Internationale
  • Connaissances sur la protection et la conservation des ressources marines et côtières
  • Technique de management participative et inclusive de projet
  • La préparation des plans de travail
  • Conception d’une architecture pour l’organisation de la documentation et des données d’un projet
  • Réalisation d’une étude diagnostique environnementale et socioéconomique
  • Réalisation d’un inventaire dans une forêt de mangrove
  • Technique de reboisement de l’espèce Avicennia africana ; de la production des plans en pépinière, jusqu’à la transplantation en passant par le choix du site. Aussi nous avons expérimenté avec succès la transplantation directe de cette espèce.
  • Technique de reboisement de l’espèce Rhizophora sp ; de la collecte des propagules à la plantationen passant par le choix du site.
  • La conduite d’un processus de mise en place d’un système de financement durable des microprojets des populations rurales
  • Le suivi et l’évaluation des activités de reboisement
  • Organisation des séminaires et ateliers impliquant les acteurs locaux, Etatiques et les partenaires
  • L’établissement d’un partenariat avec des structures qui travaillent sur des aspects similairesPlan social
L’opportunité qui m'a été donnée de recevoir durant 2 mois les cours de Wolof (langue nationale au Sénégal) a beaucoup contribué à faciliter notre intégration sociale. A cet effet, grâce aux cours de langue (dispensé par un ancien instituteur), nous avons reçu les rudiments indispensables qui ont joués en notre faveur. C’est ainsi qui nous avons étudiés le vocabulaire et les phrases de base dans les domaines suivant : salutations, transport, à la boutique du quartier, au marché, en famille, activités dans la mangrove, etc.

Conclusion

Au départ du Cameroun, nous n’avions à priori pas de connaissance technique en matière de gestion et d’aménagement de la mangrove et des ressources marines et côtières. Grâce au programme volontariat du WWF internationale, nous pouvons affirmer avec beaucoup de fierté que nous avons acquis les compétences et connaissons désormais l’importance et la complexité de l’écosystème de mangrove.

Par la même occasion, nous avons également apprécié avec beaucoup de fierté la diversité richesse culturelle et naturelle du Sénégal. Nous avons, chaque jour durant notre séjour fait l’expérience de « téranga »  (hospitalité) dans la collaboration avec les populations rurales de la zone d’intervention.
Leste, Volontaire WWF du Cameroun

© WWF / Leste Nyemgah Wo-Ndong

Article sur le projet Mangrove du WWF au Sénégal