WWF: 50 ans de service pour la biodiversité



Posted on 28 February 2013  | 
De gauche à droite: Steve Goodman (Vahatra), Irfan Aly Abasbay (Club Vintsy), Rick Hughes (WWF), Guy Suzon Ramangason (MNP), Joseph Andriamampianina (amis de WWF)
© WWF MWIOPOEnlarge
1963-2013. 52 ans de conservation de la biodiversité mondiale, 50 ans au service de la biodiversité malgache.

WWF célèbre cette année ses cinquante ans de mission de conservation de la biodiversité et de l’environnement à Madagascar et dans l’Océan Indien Occidental. A ses débuts sur la Grande île, WWF s’est essentiellement concentré sur les recherches scientifiques et la protection des espèces. En 1963, WWF lance son premier projet qui concerne la protection des ayes-ayes.

Le premier bureau officiel de WWF a ouvert ses portes à Antananarivo en 1979, un accord de siège avec le gouvernement malgache fut signé en 1996. Ce ne sera qu’en 1999 que l’organisation étendra son mandat aux îles Maurice, Seychelles et Comores.

Les leçons et les expériences de ces cinquante années en terre malgache ont permis d’affiner notre stratégie de conservation. Aujourd’hui, WWF concentre ses efforts de conservation sur dix paysages prioritaires terrestres et marins. « Cette stratégie marque une nouvelle étape de notre mission de conservation. Ces dix paysages sont les plus représentatifs de la biodiversité unique de la région de l’Océan Indien Occidental. Nous ne nous sommes pas focalisés sur les seules valeurs environnementales, mais aussi sur une gestion rationnelle de ces ressources naturelles à travers l’implication des communautés locales et de nos partenaires. Cette approche par paysage nous permet de mieux valoriser les services écologiques pour le bien-être de la population. Elle nous permet aussi de mieux impliquer les divers acteurs de développement», commente Richard Hughes, Représentant Régional de WWF.

Appui à la création des aires protégées
 

Parmi les plus importantes actions environnementales effectuées à Madagascar, WWF aura activement participé à la promotion des aires protégées. En 1984, WWF présente une stratégie nationale malgache de conservation, faisant suite à la Stratégie Mondiale de Conservation mise en place en 1980. En 1986, WWF met sur les rails son programme « Biodiversité et Aménagement des Aires protégées » ; en 1988 et 1996, il participe de manière significative à la formulation et la définition du Plan National d’Actions Environnementales.
WWF a également accompagné la naissance et le développement du réseau de parcs nationaux et de réserve de Madagascar sous la tutelle de l’ANGAP, rebaptisé Madagascar National Parks. Actuellement, l’organisation continue de s’associer à l’émergence des aires protégées marines à travers son programme marin, crée en 2006.

En 2003, WWF appuie activement la réalisation de la Vision Durban, qui consiste à l’augmentation de la superficie de nos aires protégées, de 1,7 millions à 6 millions d’hectares en cinq ans. WWF a également contribué à la création de la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar.

Implication des communautés locales
 

Au cours de ces cinquante ans, WWF a donné la part belle à une implication active des communautés locales, notamment par l’encadrement des transferts de gestion des ressources naturelles. « C’est une forme très efficace de responsabilisation des communautés qui sont à la fois les piliers et les bénéficiaires de nos actions de conservation. L’implication de ces communautés villageoises, ainsi que leurs adhésions sont autant de conditions de réussite des projets de conservation », souligne Nanie Ratsifandrihamanana, Directrice de Conservation de WWF.

La forte majorité des projets de WWF sont particulièrement ancrés sur l’implication des communautés de base. A travers ce volet, WWF accompagne la reconversion des communautés autrefois très dépendantes des ressources naturelles vers des activités alternatives et régénératrices de revenus. C’est un accompagnement qui a porté ses fruits ; la communauté de base de Manambolo Ambalavao s’est vue décerner par le Programme des Nations Unies pour le Développement le prix Equateur Initiatives 2002 et une enveloppe de 30 000 dollars en reconnaissance à sa contribution à la lutte contre la pauvreté en protégeant les ressources naturelles dans sa localité.

Par ailleurs, le programme d’Education Environnementale de WWF a préconisé la création des clubs Vintsy et du magazine environnemental et pédagogique « Vintsy » et qui regroupent aujourd’hui plus de 700 clubs et 50 000 adhérents, dans les collèges, les lycées et les universités de Madagascar.

Aujourd’hui, nous sommes fiers d’avoir passé ces cinquante ans au service de la biodiversité de Madagascar, grâce à notre personnel, nos partenaires, nos amis et l’Administration malgache. WWF compte aujourd’hui plus de 5 millions de membres, dispose d’un réseau ouvert dans 96 pays et déploie 12 000 programmes de protection de la biodiversité dans le monde. Une dizaine de projets seront réalisés à Madagascar entre 1963 et 1970, pour atteindre plus de 500 projets de conservation effectués sur le sol malgache, à ce jour.
De gauche à droite: Steve Goodman (Vahatra), Irfan Aly Abasbay (Club Vintsy), Rick Hughes (WWF), Guy Suzon Ramangason (MNP), Joseph Andriamampianina (amis de WWF)
© WWF MWIOPO Enlarge

Subscribe to our mailing list

* indicates required