Archive Content

Please note: This page has been archived and its content may no longer be up-to-date. This version of the page will remain live for reference purposes as we work to update the content across our website.

Rajo Nandrianina Razakamahefa
Rajo Nandrianina Razakamahefa

Bonjour tous le monde, je m’appelle Rajo est  je suis un des volontaires  du WWF qui a été placer dans la commune rurale Ambalamanasy II se trouvant au Nord-est de Madagascar, région SAVA, district Andapa dans le programme holistique de conservation des  forêts II le mois de juillet 2016. Comme tout le monde chacun d’entre nous a vécu des expériences  qui ont marqué notre vie, soit des expériences professionnelles soit des expériences personnelles qui a eu un  impacte dans notre vie et nous a fait comprendre la réalité. Tous  d’abords je vais parler de mes expériences professionnelles acquis lors  de ce programme, puis des expériences personnelles.


 

Rajo Nandrianina Razakamahefa

 
© Rajo Nandrianina Razakamahefa

Commençant par les expériences professionnelles, n’ayant jamais travaillé ni avoir fait de stage dans la vie j’avais vraiment eu peur d’aller suivre ce stage de volontariat, mais aussi due a ma personnalité qui est réserver et pas très social je ne croyais  pas tenir même une semaine, mais grâce a mes deux collègues Seydina et Fanambinatsoa qui sont vraiment des gens cool et ma appris comment vivre en groupe et comment s’intégrer dans un groupe dans la vie professionnelle  dont je tiens a les remerciés. Lors de notre séjour dans la commune rurale Ambalamanasy II, ont a appris à se connaitre, vivre ensemble. J’ai pu apprendre  que dans la vie professionnelle il faut être organisé dans les méthodes de travaille, avoir un planning et improviser mais aussi il faut s’entraider mutuellement dans toutes situation tant dans le meilleur que dans le pire car c’est comme cela qu’ont a pu réussir a réaliser  tous les travaux lors de notre stage comme la construction des deux pépinières dans les 2 Fokontany Ambodimanga et Ambavala, la construction du bureau du COBA, la mise en pot des graines, tous cela a pu être réalise grâce a chacun des membres du groupe, les communauté villageoise malgré leur temps serré ne nous a jamais abandonné ni lâcher, le staff du WWF grâce a leur soutient matérielle  donc tous le monde  a apporté tous leur efforts possible, voila la vrai valeur de s’entraider chacun apporte le minimum dont t’il a pour réaliser quelque chose de grand et qui sera bénéfique pour tous le monde.il faut être aussi a l’écoute de tous le monde car chaque personne a ces idée, il faut toujours considéré l’opinion de chaque personne, puis  rassemblé ces idée pour trouver un consensus  pour avoir de bon résultat et atteindre l’objectif voulu. Mais le plus primordiale et le plus important dans le travail c’est le respect, car pour que tous marche bien dans le travail il faut se respecter. Respecter les gens avec qui nous travaillons les membres du groupe, les communautés villageoises et nos supérieurs hiérarchiques dans leur religion, leur personnalité, leur culture et dans leur idée car chaque personne a un rôle a joué, une tâche a accomplir est il ne devrait pas y avoir divergence d’opinion ou mal a l’aise pour trouver un point commun pour  la réalisation et l’atteinte de l’objectif voulu.


 

Maintenant parlons des expériences personnelles. Comme expérience personnelle il y a beaucoup de chose a parlé comme le dialecte du Nord et du Centre de Madagascar ont avait du mal à se comprendre car comme exemple un jour j’avais un rendez-vous pour le travail avec un des villageois, moi je l’attendais tout près de notre maison est lui il m’attendait a 1,5 km de chez nous pendant a peu près une heure, donc on ne se comprenait pas. Mais aussi concernant la culture et interdit, il y a trop beaucoup d’interdit la bas comme ne pas boire du café en se levant, les voanjobory sont interdit là bas comme menu, ne pas allumé une torche en passant la rivière pendant la nuit. Concernant la culture quant il demande une fille en mariage il y a une fête pendant trois jour avant la demande, quant ils ont de nouvelle vaisselle il inaugure ça par une  fête, quant il commence à construire une maison c’est encore  une grande fête et quant on parle de fête j’ai remarqué que c’était de vrai fêtard car il y aussi tous les jeudis une grande fête qu’ils appellent « Gala et Bal be » dont tous le monde y participe. Mais ce qui m’a vraiment touché c’est leur condition de vie comme l’accès en eau potable, l’électricité, l’état de la route dont vous voyez sur la photo surtout quant il pleut la route est très glissante si tu tombe tu pourrais te tordre la cheville ou te cassé le bras a coup sur. Là bas aussi tu peu mourir d’une simple petite maladie car comme l’on a constaté il n’y a qu’un dispensaire dont ne respecte pas vraiment les normes car il manque de moyen technique, manque de moyen matérielle mais aussi l’insalubrité qui pourrais engendrer d’autre maladie. Pour l’école dont étudie les élèves primaire vraiment m’a fait de la peine, ces décevant parfois ont se demande la question si au moins l’Etat regarde tous ces chose dont je viens de vous parlez ou reste t-il a ne rien foutre est ne fait pas leur travail convenablement.  L’expérience personnelle dont j’ai acquis pendant se stage, c’est que chaque personne a ces propres culture, personnalité donc il faut les respectés. Mais aussi il y a des personnes qui vivent vraiment dont dès condition très difficile, très vulnérable et même pire encore. Alors il faut jamais baisse les bras, cesse de se plaindre pour de moindre chose.