© WWF-MWIOPO/M. Lippuner
Monsieur Boba

“J’ai vu comme les saisons ont changé”

Monsieur Boba est un enfant de Vondrozo, une région où il a passé toute sa vie et qu’il connaît comme sa poche. Il raconte comment la destruction de la forêt et le changement climatique y ont modifié l’environnement naturel et les conditions de vie, forçant la communauté à prendre des mesures.
« Quand j’étais plus jeune, les paysans brûlaient continuellement les forêts de Tsaragisa, » se souvient-il. « Il y avait des problèmes d’eau, des pénuries qui perturbaient l’irrigation des rizières. »

« Évidemment, personne ne connaissait le lien entre les ressources en eau et le maintien du couvert forestier, et l’idée d’abandonner l’agriculture sur brûlis pour d’autres pratiques n’a jamais effleuré l’esprit de quiconque.»

Lien compris

« Lorsque le WWF et le Ministères des Eaux et Forêts sont venus au village il y a dix ans pour nous aider à créer notre communauté de base (COBA) afin de gérer nous-mêmes nos ressources naturelles, nous avons compris que l’eau et la forêt sont étroitement liées. »

« En 2004, lorsque la COBA est devenue opérationnelle, nous avons arrêté l’agriculture sur brûlis. Bien entendu, certains n’ont pas entièrement joué le jeu mais au moins nous pouvons désormais agir contre la cause de nos problèmes. En 2004, nous avons aussi planté 500 arbres puis 1500 en 2005 et chaque année suivante. »

« L’état de notre forêt est bien meilleur maintenant même dans les zones les plus accessibles et nous pouvons à nouveau irriguer. »

Les saisons raccourcissent

« En revanche, les saisons raccourcissent. Quand j’étais enfant, je me souviens que la période des pluies commençait régulièrement au mois de septembre alors qu’aujourd’hui il peut ne pas avoir encore plu en décembre. Ou alors il se met à pleuvoir quand ce n’est pas prévu. Le calendrier cultural devient très aléatoire. »

« Cette année, par exemple, la récolte de riz a été peu abondante. Mais je pense qu’avec la protection de la forêt nos pouvons mieux faire face à ces problème. Car elle nous donne la nourriture et la vie ! »  

Moins de gaspillage

« Nous devons continuer à planter des arbres si nous voulons construire nos maisons en bois. Je constate d’ailleurs avec plaisir que plus personne ne gaspille le bois dans le village. »

« Les agents du WWF nous ont aussi montré comment cultiver des haricots et des arachides et aidé à élever des lapins. Même si cette dernière activité nous a causé quelques soucis nous voulons la maintenir.  Car tout ce que nous produisons peut être vendu, ce qui est une perspective enthousiasmante pour tout le monde. »

« J’espère que mes enfants et petits-enfants suivront notre voie, qu’ils n’auront cesse de planter des arbres. À Madagascar on dit que seul l’idiot ressemble à son père ! Donc il faudra bien qu’ils osent et fassent encore plus que moi … »   

...

"J’espère que mes enfants et petits-enfants suivront notre voie, qu’ils n’auront cesse de planter des arbres. À Madagascar on dit que seul l’idiot ressemble à son père ! Donc il faudra bien qu’ils osent et fassent encore plus que moi …"

Monsieur Boba

The village of Tsaragisa. Vondrozo area, Madagascar.

© WWF-MWIOPO / M.Lippuner

The community of Tsaragisa started a rabbit farm, with the help of WWF.

© WWF-MWIOPO / M.Lippuner

Rice fields, near Taragisa. Climate change has impacted the rice yields recently.

© WWF-MWIOPO / M.Lippuner