De la cohésion des communautés vers la conservation des mangroves | WWF
De la cohésion des communautés vers la conservation des mangroves

Posted on 21 September 2018

Ankazomborona est un modèle de gestion communautaire efficace car les mangroves du village sont parmi les plus intactes et les mieux protégées de la baie d’Ambaro.
Ankazomborona est un village de pêcheurs de la baie d’Ambaro, au nord-ouest de Madagascar. En août 2016, les trois-quarts du village ont été brûlés suite à des feux de brousse qui s’y sont étendus. 600 personnes ont perdu leur maison. Une tragédie pour tout le village, aggravée par une faible cohésion sociale qui a fait que chacun a voulu sauver sa case en bois au lieu d’éteindre le feu ensemble. Le fruit aussi d’une tolérance néfaste par rapport aux feux de brousse dans les forêts gérées par les communautés du village.
 
WWF a appuyé une série de formations sur la gestion communautaire des forêts et le leadership en 2017. Les organisations villageoises de la baie d’Ambaro, parmi lesquelles celle d’Ankazomborona, ont suivi ces renforcements de capacité. Depuis, les caisses de la communauté ont quintuplé leur valeur car les membres savent où vont leur cotisation et décident ensemble comment dépenser leur argent selon les besoins de la communauté.
 
« C’est cette cohésion qui a été la clé de la gestion efficace des mangroves » reconnaît Ahmad Jacques, président de la communauté du village. Les villageois ont pu reconstruire près de 120 maisons grâce à leurs efforts communs et avec le soutien de WWF qui a fourni 1400 tôles pour les toitures.
 
Aujourd’hui, convaincus de l’importance de la protection des mangroves, 350 villageois ont adhéré l’organisation qui gère la forêt de mangroves alentour. En seulement quatre ans, les villageois ont reboisé 151 hectares de mangroves.
Ankazomborona
© WWF Madagascar / Talya Pillard