Principes du FSC au Pérou



Posted on 26 August 2010  | 
Les principes de certification forestière du FSC demandent le respect de plusieurs critères.

Le premier - indispensable et préalable à toute démarche - est le respect de la réglementation. Il s’agit à la fois de respecter les lois nationales et les accords internationaux (CITES, OIT…), et ceux dans tous les domaines : environnementaux, sociaux, fiscaux…

Le second principe est celui du droit des terres. La propriété doit être clairement définie, soit il s’agit d’une concession privée, soit de terre de communautés natives, dans ce cas des accords clairs et des principes de restitution doivent exister.

Le troisième principe est celui du droits des peuples indigènes dont j’ai déjà parlé, il s’agit entre autre de reconnaitre et de respecter les droits d’usage, les lieux de cultes, d’établir des règles de bonnes conduites, de gestion des conflits…

Le quatrième principe concerne le droit des travailleurs : privilégier les travailleurs locaux, assurer une rémunération juste et claire, avoir des équipements de sécurité, former aux premiers secours ou encore avoir une politique vis à vis des réclamations.

Le cinquième principe concerne la rentabilité et l’optimisation de la ressource. Le gestionnaire doit prouver la rentabilité à travers l’établissement d’étude de marché et de plusieurs documents type registre comptable, liste des coûts, liste des espèces, volume de vente… enfin il doit prouver que les pertes de matières premières sont minimisées.

Le sixième principe concerne les mesures environnementales à prendre en compte mais j’en parlerai spécifiquement la prochaine fois.

Enfin le septième principe concerne l’établissement d’un Plan de gestion en management forestier validé par le Ministère de l’Agriculture. Ce document présenté tous les 5 ans, se base sur un inventaire forestier de quelques parcelles, il indique le potentiel de bois, la taille de chaque parcelle annuelle, le descriptif de la faune, il contient aussi une étude d’impact environnemental et détaille les mesures qui seront prises pour limiter les impacts, enfin il décrit la totalité des opérations forestières qui seront menées, les routes ouvertes, la quantité de bois qui sera coupée par an, le plan silvicultural mis en place pour préserver les espèces sensibles et même le programme de formation des employés.

Le huitième principe est celui du suivi et du monitoring, c'est-à-dire mettre en place les outils qui permettent de vérifier le respect des principes précédents.

Le dernier principe est celui des forêts à haute valeur de conservation, mais là aussi j’y reviendrai ultérieurement.

Tout cela peut paraître pour vous et moi le B.A.BA. mais, pour voir beaucoup de concessions forestières, je puis vous assurer que presque personne ne fait ça et que passer à la certification FSC est souvent une modification très forte qui demande la mise en œuvre de nouveau processus de gestion et le WWF-Pérou n’est pas de trop pour accompagner l’entreprise dans le changement.

Subscribe to our mailing list

* indicates required