La conservation des côtes | WWF

La conservation des côtes

 rel=
Ornithologue aux salines, Sfax, Tunisie
© © Eddie Parker/ WWF

Des résultats prometteurs

Le projet SMAP III Tunisie peut aujourd’hui partager des résultats prometteurs pour les côtes tunisiennes, et en particulier:
  •  L’élaboration d’un premier plan de gestion intégrée des zones   côtières élaboré en Tunisie, après un long processus et aux termes de plusieurs étapes préalables : les études d’état des lieux et de diagnostics des composantes environnementales.
  •  Au sein du projet, plusieurs études ont été réalisées pour identifier les ressources côtières, les activités, les habitats, les modes d'utilisation des ressources, ainsi que les problèmes liés à leur gestion.
  •  La sensibilisation de l'opinion publique et la participation des acteurs locaux aux processus décisionnels et de planification relatifs à la GIZC et aux aires marines protégées (AMP) – en particulier l'AMP de Cap Negro-Cap Serrat – ont été encouragées à travers l'organisation d'ateliers et des relations avec la presse locale et nationale.
  •  Les Comités de pilotage locaux et régionaux mis en place au début du projet ont contribué à garantir la participation, la pleine adhésion et le soutien de toutes les parties intéressées ainsi que leur rôle dans l'élaboration et la sélection des scénarios possibles.
  •  Grâce à de multiples réunions, séminaires et sessions de formations, une adhésion des populations locales et des groupements de développement dans les secteurs de l'agriculture et de la pêche a été favorisée pour œuvrer à la protection des zones marines et côtières.
 rel=
Plage et littoral avec bateaux de pêche, Sidi Mechreg, Tunisie.
© WWF-MEDITERRANEAN / E. PARKER

L’approche participative

Le projet SMAP III Tunisie servira de modèle dans l’application de l’approche participative et l’implication des différents acteurs concernés, y compris la population locale, dans les processus de planification et de gestion des aires protégées marines et côtières.
  •  Dans la région de Kroumérie-Mogod, des études ont été menées à bien afin de mettre en place la première aire protégée marine et côtière en Tunisie à Cap Negro – Cap Serrat. Un plan de gestion préliminaire pour la nouvelle aire protégée a été élaboré et des financements ont été dégagés pour permettre sa mise en place.
  •  Les représentants du gouvernorat de Jendouba – l'un des trois gouvernorats de la région de Kroumérie-Mogod – ont demandé d'étendre les frontières de la nouvelle aire protégée marine et côtière vers l'ouest, au-delà du site pilote, afin de pouvoir incorporer une forêt d'importance nationale.
  •  La SIAPE, l'une des plus grandes industries de phosphates en Tunisie, ainsi que la COTUSAL – la compagnie générale des salines de Tunisie – toutes deux implantées dans la région pilote du Grand Sfax et initialement méfiantes à l'égard du projet, se sont finalement pleinement engagées et ont apporté leur contribution active à cette action.
  •  Un nouveau plan de gestion pour la côte méridionale de Sfax, fortement urbanisée et industrialisée, a été élaboré dans le cadre d'un processus participatif élargi.
  • En outre, la forte participation des acteurs aux ateliers et l'intérêt croissant des institutions nationales et locales pour la gestion intégrée des zones côtières témoignent du succès remporté jusqu'à présent par le projet.

La côte à l’honneur

Le projet a donné lieu par ailleurs à des actions d'accompagnement, ont notamment le lancement d'une initiative de sensibilisation menée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), intitulée “Jour de la côte”. L’objectif est de sensibiliser l'opinion publique sur les enjeux de mieux gérer les côtes méditerranéennes et d'améliorer l'impact des projets à l'échelon national, régional et local.