La Tunisie | WWF
Une destination touristique privilégiée
D’après le WWF, la Tunisie abrite certaines zones côtières et marines de hauteimportance pour la biodiversité dans le bassin méditerranéen.
Station balnéaire et nouveaux développements sur les dunes, Tabarka, Tunisie.
WWF
© WWF

Le littoral tunisien s’étend sur environ 1.400 kilomètres, au coeur de la mer Méditerranée.

Il comprend de longues plages de sable, des falaises rocheuses, des dunes, des forêts, des lagunes et des zones humides et abrite de magnifiques espèces marines, comme les dauphins et les tortues marines.

Il ne fait aucun doute que les sites remarquables dotés d’une nature splendide et préservée attireront un nombre croissant de touristes internationaux au cours des années à venir.

A l’heure actuelle, la Tunisie accueille plus de 6 millions de touristes par an. Ces touristes proviennent principalement des pays suivants : France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie et autres pays du Maghreb.

En 2006, les recettes du tourisme s'élevaient à environ 2,5 milliards de dinars tunisiens.

Entretien avec Sami Dhouib
Sami Dhouib est le Chargé de projet SMAP III Tunisie, WWF.
Sami Dhouib est le Chargé de projet SMAP III Tunisie, WWF
WWF
© WWF

Quelle est votre conception du tourisme durable sur le littoral tunisien?

Avec le projet SMAP III Tunisie, nous désirons protéger les richesses naturelles de notre pays et les partager avec les générations futures, autochtones comme touristes. Les jeunes doivent se sentir engagés dans ce projet et prendre conscience que la nature fait partie intégrante de leur avenir.

En collaborant avec les gestionnaires des parcs nationaux, les autorités
responsables de la gestion côtière, les pêcheurs, les agents forestiers, les opérateurs touristiques et les acteurs locaux, l'équipe tunisienne du projet SMAP III veille à ce que chacun se sente au coeur des faits. L’écotourisme donnera la vie à des zones côtières superbes et uniques en Tunisie.

Quels défis se posent pour l’avenir?

Sur les côtes tunisiennes, le principal défi consistera à éviter de porter atteinte à l’équilibre écologique de la nature. Cela afin de prévenir l’apparition d’une jungle de béton comme celle qui a défiguré par exemple le littoral espagnol.

Un écotourisme bien conçu encourage la croissance socioéconomique
de la région tout en respectant la fragilité de la nature. Si nous y parvenons, nous bénéficierons ainsi du meilleur de chaque chose. C’est en travaillant de concert avec tous les acteurs du projet SMAP III Tunisie que nous pourrons y réussir.