À la rencontre des agents de terrain

Virginia Hanitriniaina Ramanantsoa

 / ©: WWF-MWIOPO
Virginia Hanitriniaina Ramanantsoa
© WWF-MWIOPO
Âgée de 40 ans, au bénéfice d’une formation de technicienne, Virginia a rejoint le WWF il y a deux ans.

Elle adore la marche dans la nature, le contact avec cette dernière et à Fandriana, elle est servie.

Cette passion pour la faune et la flore remonte à son enfance, selon elle. « Petite fille, j’adorais planter des fleurs et lorsque celles-ci ne poussaient pas, j’étais inconsolable, » raconte Virginia.

Sa meilleure expérience dans le cadre du PHCF elle l’a vécue quand, suite à la mobilisation de l’équipe, les personnes hostiles à la structuration d’une communauté de base (COBA) ont finalement retourné leur veste et intégré le Comité de gestion de la COBA ! 

Aimé Johnson Rasoloharizaka

 / ©: WWF-MWIOPO
Aimé Johnson Rasoloharizaka
© WWF-MWIOPO
À l’école Aimé (32 ans) était bon en histoire et en géographie. Il voulait devenir avocat mais l’université ne lui a pas trop bien réussi.

Il a été engagé comme agent de terrain sur le site de Fandriana en janvier 2009 après avoir été consultant pour le WWF puis responsable de la production de 20'000 plants pour le reboisement dans la commune de Maroseranana (Brickaville). 

Amoureux de la nature Aimé adore le travail avec les communautés locales mais regrette que les procédures soient souvent longues et difficiles.  Il estime que pour faire ce qu’il fait il est indispensable d’être pragmatique et de toujours imaginer une solution pour chaque problème.

Son plus grand souci pour l’avenir du programme holistique est la pérennisation des activités.

Cédric Rolland Randriamifiby

 / ©: WWF-MWIOPO
Cédric Rolland Randriamifiby
© WWF-MWIOPO
Gestionnaire de l’environnement, ancien responsable de projet dans une ONG locale, Cédric Rolland Randriamifiby (32 ans) a rejoint le PHCF en janvier 2009, motivé par l’approche axée sur le développement durable, un thème qui lui est cher.

Particulièrement fier d’avoir conduit une animation pour sensibiliser quelque 300 personnes au milieu du corridor forestier de Fandriana, Cédric apprécie particulièrement les méthodes pluridisciplinaires utilisées par le projet.

Il estime que la responsabilisation des communautés de base, la sensibilisation et le transfert de compétences seront les principaux défis et aussi les clés du succès du programme.     

Hervé Michel Andrianarivony

 / ©: WWF-MWIOPO
Hervé Michel Andrianarivony
© WWF-MWIOPO
Ce technicien de l’environnement de 37 ans a rejoint le PHCF en janvier 2009.

À l’école, il était déjà doué pour les sciences naturelles, même si un temps il a voulu être dentiste. Ses connaissances environnementales l’ont donc naturellement conduit à être animateur, en 2008, pour le projet de restauration des paysages forestiers à Fandriana puis à passer au PHCF dans la foulée.

Motivé par le travail sur le terrain et les sensibilisations, Hervé estime qu’un bon agent de terrain doit faire preuve de beaucoup de volonté et de dynamisme en plus de ses connaissances environnementales.

Émile Rafaralahiarijaona

 / ©: WWF-MWIOPO
Émile Rafaralahiarijaona
© WWF-MWIOPO
Il  voulait être pilote d’avion ou navigateur, était fort en maths à l’école et a fini par étudier la gestion à l’université tout en continuant ses activités d’agriculteur -éleveur et d’animateur et formateur dans les domaines du développement rural et de la nutrition. C’est d’ailleurs cette expérience et cette passion pour la sensibilisation et le développement des capacités qu’Émile (38 ans) tient à apporter au WWF et au PHCF.

Milantoanjana Raherivololona

  •  / ©: WWF-MWIOPO
    Disposant d’une formation en langue et lettres malgaches, informatique et comptabilité, Milantoanjana 42 ans et mère de trois enfants,  travaille pour le WWF depuis 2006 comme responsable administrative et financière à Fandriana.

    La nature évoque pour elle les balades dans la forêt et les vacances à la campagne de son enfance.

    Elle dit avoir l’esprit d’équipe, une qualité nécessaire pour évoluer au sein d’une organisation non gouvernementale comme le WWF. C’est d’ailleurs ce qui la motive dans son travail, avec les visites de terrain.

    « Le Programme holistique de conservation des forêts va indéniablement améliorer les conditions de vie des communautés avec lesquelles nous travaillons et ça, c’est ce qui est le plus gratifiant, » estime-t-elle.