Les fonds européens menacent le félin le plus en danger de la planète | WWF

Les fonds européens menacent le félin le plus en danger de la planète

Posted on 03 March 2006    
"Morena", the oldest female (13 years old) of the captive breeding program of the Iberian Lynx (Doñana National Park). Spain.
© WWF / WWF-Spain / Jesus Cobo

Bruxelles, Belgique / Gland, Suisse – Des fonds européens sont actuellement utilisés pour construire des routes et des barrages qui détruisent l’habitat naturel du lynx ibérique, le félin le plus menacé au monde.

En Espagne, la dernière population sauvage de lynx ibérique - une centaine d’individus en tout, dont 25 femelles en âge de se reproduire - est gravement menacée par la réduction et la fragmentation de son habitat naturel. Les nouvelles constructions vont rendre encore plus difficile la conservation de ce félin en voie de disparition.

Un nouveau rapport du WWF, intitulé « Conflicting EU funds », démontre que même si l’Union Européenne s’est engagée à endiguer la réduction de la biodiversité d’ici 2010, des sommes importantes continuent à être versées pour la construction de routes, de barrages et de réseaux d’irrigation qui menacent des espèces en danger d’extinction et des habitats très importants en Europe. Dans certains cas, les fonds européens sont utilisés dans des projets reconnus par l’Union Européenne elle-même comme constituant une menace majeure.

«Au lieu d’être responsable en matière de protection de ses espèces en danger, l’Union Européenne utilise ses fonds aussi bien en faveur de la biodiversité que contre elle», déclare Stéphanie Lang, responsable de politique régionale au bureau de politique européenne du WWF.

«C’est une situation intolérable qui résulte de mauvaises décisions tant au niveau national que régional et d’un manque de coordination entre les Etats membres et la Commission européenne».

Alors que l’Union européenne (UE) est en train de poser les bases de sa nouvelle législation en matière de financement pour la période 2007-2013, le rapport du WWF présente huit cas où des projets financés par l’Union européenne portent atteinte à la biodiversité.

En Espagne, des fonds européens sont utilisés pour la construction d’infrastructures (dont 20 barrages et 16 routes, y incluse la nouvelle autoroute Toledo-Ciudad Real-Puertollano-Cordoba) qui ont un impact sur l’habitat du lynx protégé par le réseau Natura 2000.

Des fonds européens ont également été utilisés pour surexploiter le thon rouge en Méditerranée et pour promouvoir des subsides agricoles dévastateurs qui ont conduit à une mauvaise gestion des forêts de chêne-liège au Portugal.

En Grèce, alors que le Directorat général (DG) de la Commission européenne responsable pour l’environnement soutien un projet LIFE pour la protection des ours bruns, le DG de la politque régionale finance le projet d’autoroute Egnatia, qui menace directement ces mêmes ours.

Le WWF appelle à la suppression des fonds européens qui entrent en conflit avec les objectifs de sauvegarde de la biodiversité et avec la législation environnementale européenne. Les fonds européens doivent inclure des mesures prioritaires en faveur de la protection de la biodiversité et des sites Natura 2000. De plus, les Etats membres de l’UE devraient mettre en place des programmes cohérents au niveau national afin de contribuer à objectif de 2010.

«Si nous voulons enrayer le déclin de la biodiversité et préserver ce qu’il reste de l’héritage naturel européen, pour le bien de la prospérité économique à long terme, l’Union européenne ne peut pas se permettre de continuer à financer des infrastructures qui contribuent à la destruction de l’environnement», déclare Gerald Dick, du Programme mondial du WWF pour les espèces.

Notes:
• Les huit études de cas sont : les subsides agricoles et les chênes-lièges au Portugal; menaces pour le lynx ibérique en Espagne; les ours bruns et l’autoroute Egnatia en Grèce; les fonds pour la pêche et l’élevage de thon rouge en Méditerranée; la Via Baltica et Natura 2000 en Pologne; navigation sur le Danube et Natura 2000; le barrage Odelouca et le site Natura 2000 de Monichique au Portugal et en Algarve occidentale; biodiversité et irrigation en Espagne

• Dans les mois à venir les institutions européennes prendront une décision au sujet des fonds européens pour la pêche (Conseil de la pêche en avril), de la législation LIFE+ (Conseil Environnement en mars et juin) et des directives en matière de fonds structurels. De plus, la Commission européenne doit publier en avril un communiqué sur la bioidiversité comprenant un plan pour stopper les pertes de biodiversité en Europe d’ici 2010.

• En 2004 les fonds structurels et les fonds de cohésion représentaient 34% du budget total de l’UE, tandis que la part accordée aux projets LIFE et Nature était de seulement 0,06%.

Pour plus de renseignements:
Stefanie Lang, responsable de politique régionale
Bureau de politique européenne du WWF,
Tél: +32 2 740 0930,
E-mail: slang@wwfepo.org

Gerald Dick, Programme mondial du WWF pour les espèces,
GSM: +43 676 834 88212,
E-mail: gerald.dick@wwf.at

Claudia Delpero, responsable de la communication
Bureau de politique européenne du WWF,
Tél. +32 2 740 0925,
Mobile: +32 497 406 381,
E-mail: cdelpero@wwfepo.org

"Morena", the oldest female (13 years old) of the captive breeding program of the Iberian Lynx (Doñana National Park). Spain.
© WWF / WWF-Spain / Jesus Cobo Enlarge
The Monchique Natura 2000 site, Portugal.
© WWF / Sebastian RICH Enlarge