La politique de l'Union Européenne: une menace pour les agriculteurs de l'Europe de l'Est? | WWF

La politique de l'Union Européenne: une menace pour les agriculteurs de l'Europe de l'Est?

Posted on 12 June 2002    
En Europe Centrale et de l�Est, il est encore très courant de voir des bergers gardant leurs troupeaux dans des prairies de montagne, ou des vergers pittoresques remplis de pêches ou de pommes. Cependant, avec le processus actuel d�accession à l�Union Européenne, de tels spectacles peuvent être amenés à disparaître sous peu.

La plupart des pays ECE, candidats à l�U.E, pratiquent actuellement des activités agricoles durables. Ce sont des activités agricoles biologiques, à petite échelle, très développées, et qui ont été pratiquées dans ces pays avant 1990. Dans des zones reculées comme les montagnes des Carpates roumaines et tchèques, les pratiques traditionnelles agricoles se développent en parfait équilibre avec les capacités et les besoins locaux. Malgré les perturbations de la transition économique intervenues après 1990, l�agriculture écologiquement durable a connu une expansion au cours de la décennie passée: de par leur coût très élevé, les pesticides, les engrais et autres intrants ont contraint les exploitants agricoles à recourir davantage à l�agriculture biologique. C�est ainsi que les petites activités agricoles, utilisant des pratiques traditionnelles, se sont maintenues jusqu�à nos jours.

Toutefois, le WWF et d�autres organisations de protection de l�environnement telles que les Amis de la Terre et le Partenariat Environnemental de l�Europe Centrale préviennent que ces activités peuvent ne pas survivre au processus d�accession à l�Union Européenne.

Pour devenir membre de l�Union Européenne, les pays candidats doivent adhérer à sa Politique Agricole Commune (PAC). Les expériences passées ont démontré que cette politique tend plutôt à soutenir l�agriculture intensive, à grande échelle, qui est tout à fait aux antipodes des pratiques courantes dans la plupart des pays candidats à l�Union. En outre, le système est fortement subventionné et ces subventions sont principalement versées aux riches exploitants agricoles. Selon Elizabeth Guttenstein, Responsable de l�Agriculture et du Développement Rural Européen au WWF, cette politique est socialement peu durable et économiquement inéquitable.

Le WWF précise également que la Politique Agricole Commune n�est pas écologiquement durable. "La PAC a soutenu et encouragé des pratiques agricoles industrielles qui ont provoqué d�importantes pertes en biodiversité dans les pays membres actuels de l�Union Européenne", explique Andreas Beckmann, Coordinateur au WWF des questions relatives à l�Elargissement de l�UE En guise d�exemple, l�étude récemment menée par la Société pour la Protection des Oiseaux, a révélé une chute alarmante de l�avifaune des zones agricoles du Royaume-Uni au cours des 30 dernières années. Cette diminution concerne des espèces jadis en grand nombre tels que l�alouette (75 pour cent), les grives musiciennes (66 pour cent) et la perdrix grise (78 pour cent).

Le processus de mise en oeuvre constitue en lui-même une menace à l�agriculture traditionnelle. Le SAPARD est un instrument de la Commission Européenne qui octroie des fonds destinés à favoriser l�adhésion des pays candidats à la Politique Agricole Commune. Il autorise, en théorie, chaque pays candidat à définir, de manière tout à fait démocratique, la forme de développement rural souhaitée pendant l�accession. Mais en réalité, les sommes colossales d�argent disponibles, et les puissants lobbies privés qui sont derrière elles, font que ces pays se livrent à une concurrence acharnée, tandis que des projets nationaux hâtivement élaborés en vue d'un financement mettent en avant des systèmes d�agriculture intensive et "soi disant" efficaces. Ces grands projets menacent même de déplacer davantage les petits exploitants agricoles, qui ignorent le plus souvent l'existence de tels projets, et de réduire ainsi leur compétitivité sur le plan économique. De plus, Il n'est pas souvent permis aux petits exploitants d�intégrer le processus de financement.

"Nous nous sommes rendu compte qu�il existe un total déphasage entre ceux qui exécutent les projets de développement durable au plan local, les politiques au plan national et la Commission Européenne", révèle le Chargé de la politique du WWF, Charlie Davis. "Cela est particulièrement vrai pour les politiques qui sont en train d�être mises en �uvre à travers le processus d�accession à l�UE Ainsi, ceux qui s'en préoccupent le plus semblent être ceux qui sont les plus déphasés."

Un exemple de ce déphasage existe en Hongrie. Selon une étude non encore publiée de Gusztav Nemes, de l�Académie hongroise des Sciences, la Commission Européenne et des représentants du gouvernement hongrois ont choisi des programmes de développement agricole qui mettent l�accent sur une administration centrale et une adaptation de l�agriculture hongroise aux pratiques non durables de l�Europe occidentale. Ce faisant, ils ont profondément frustré des centaines de communautés qui avaient élaboré leurs propres plans sur la base des besoins et des conditions locales. Une étude parallèle menée en Pologne fait état du même constat.

Même s�il est clair que l�accession à l�U.E n�est pas compatible avec l�agriculture traditionnelle, tout le monde ne regarde pas cela d�un mauvais �il. Le responsable de SAPARD, Alan Wilkinson, pense que la société ne souhaite pas la poursuite de l�agriculture à petite échelle. Au cours de la Semaine de l�Environnement récemment organisée à Bruxelles, Wilkinson fit allusion à une expérience personnelle qu�il a vécue sur une ferme britannique. Cette expérience, il l�assimile à une lutte qu�il ne voudrait plus revivre. Selon lui, l�agriculture extensive, à petite échelle, est inefficace et sera inéluctablement remplacée par l�agriculture intensive. Par conséquent, il considère les bergers roumains d�aujourd�hui comme une espèce en voie de disparition qui ne sera jamais remplacée. Mais ce vide sera, selon lui, plus que compensé par les options intéressantes de l�Occidentalisation.

Il n�est pas facile de répondre à la question de savoir si les agriculteurs dans les pays candidats veulent rester dans leur fermes. Il est possible que, dans les pays où l�activité agricole est plus intense qu�au sein de l�UE, les exploitants locaux veuillent bien y rester et continuer leur pratiques traditionnelles. Il est aussi possible qu�après l�accession à l�U.E, ils se retrouvent avec quelques options. "Je ne crois pas que des centaines de milliers d�agriculteurs polonais accepteront de quitter leur fermes pour faire de la bureaucratie à Bruxelles", a ainsi fait remarquer, au cours de la Semaine de l�Environnement, Magda Stochkiewicz, la représentante pour l�Europe des Amis de la Terre.

En dehors du sort des petits exploitants pratiquant l�agriculture extensive à petite échelle, que peut-on dire des derniers habitats naturels européens et de leurs habitants ? S�ils sont condamnés pour les mêmes raisons que les exploitants, quelle sera la crédibilité des politiques de conservation ,voire de la vision globale de l�UE?

La question a été bien posée au cours d�un débat organisé au terme de la Semaine de l�Environnement. Le Président de séance a ouvert le débat avec une petite histoire sur le moineau hongrois dont il existe encore un grand nombre. Il y a plusieurs décennies de cela, cet oiseau se rencontrait facilement au Royaume Uni. Aujourd�hui, on ne le voit que très rarement dans les campagnes britanniques. Cette situation a été occasionnée par les pratiques agricoles intensives qui ne sont pas pour le moment très courantes dans les pays de l�ECE. "On abandonnait la ferme et on avait d�autres options", a indiqué le Président à l'intention de M. Wilkinson. "Le moineau semble aussi être parti mais en ne laissant que très peu d�options. Souhaitons que cela n'arrive ni aux moineaux ni aux exploitants agricoles dans les pays candidats à l�UE".

*Paul Csagoly est responsable de la communication au Programme du WWF International pour le Danube et les Carpates.

Renseignements complémentaires :

Semaine de l�environnement
La Semaine de l�Environnement s�est tenue, cette année, à Bruxelles, du 15 au 19 avril, sous l�égide de la Direction de l'environnement de la Commission Européenne. L�objectif de cette Semaine était de sensibiliser les citoyens européens sur l�état de l'environnement et l�incidence des politiques environnementales en Europe y compris dans les pays candidats à l�Union.

SAPARD
SAPARD (Instrument d'aide à l'agriculture et au développement rural) est un important fonds mis en place par l�UE pour soutenir le développement agricole et rural dans les pays de l�Europe Centrale et de l�Est, candidats à l�UE.

Le travail du WWF sur l�Accession à l�UE
L�Initiative du WWF sur l�Accession à l�UE vise à sensibiliser l�opinion publique européenne sur les menaces et les opportunités de protection de la nature et du développement durable liés à l�élargissement historique de l�Union Européenne. Outre le fait qu�elle suive le processus de l�élargissement dans son ensemble, cette initiative met l�accent sur une étroite collaboration avec les institutions de l�UE, les gouvernements nationaux, les entreprises et les ONG, dans trois domaines d�importance capitale, où les actions du WWF et celles de ses partenaires auront un impact accru.

Le travail du WWF sur le SAPARD
En collaboration avec l�Initiative sur l�accession à l�UE, A href="http://www.panda.org/resources/programmes/epo/" target="view_window">le Bureau du WWF chargé de la Politique européenne, voudrait voir 10 pour cent des financements du SAPARD directement alloués à la protection de la nature d�ici 2005, et s�assurer que les programmes de SAPARD ne contribuent ni à la disparition de pratiques culturales bénéfiques à la nature, ni à la destruction de l�environnement.

L�Initiative sur l�Ecorégion des Carpates est un partenariat de plus de 50 organisations, coordonné par le Programme du WWF International pour le Danube et les Carpates. Elle a rédigé un rapport sur les forces et faiblesses du programme SAPARD, qui est intitulé Résultats d�une évaluation de SAPARD par une ONG indépendante : Plans et processus nationaux de la République Tchèque, de la Hongrie, de la Roumanie et de la Slovaquie.

Le travail du WWF sur la Politique Agricole Commune de l�UE
Le Bureau du WWF chargé de la Politique européenne �uvre en faveur de la prochaine réforme de la Politique Agricole Commune, prévue pour 2006. L�objectif est de transférer les vastes sommes d�argent utilisées sur les formes traditionnelles d�appui à l�agriculture (tels que le prix des céréales et de la viande de b�uf) vers un appui au développement durable des zones rurales. Le WWF pense que 75 pour cent des fonds de la Politique Agricole Commune devraient être dépensés sur le développement rural, et un tiers de cet argent alloué aux programmes sur l�environnement et l�agriculture.