Travailler avec la nature plutôt que contre elle réduira les risques d'inondations en Europe | WWF

Travailler avec la nature plutôt que contre elle réduira les risques d'inondations en Europe

Posted on 31 August 2005    
La seule et unique solution durable en matière de prévention des inondations dévastatrices est de travailler avec la nature et non contre elle.
© WWF / Martin Harvey
Bruxelles, Belgique – Au moment où la Commission européenne prépare une nouvelle Directive sur la gestion des risques d’inondation (Directive on Flood Risk Management), le WWF insiste pour que les leçons soient tirées des inondations catastrophiques qui se sont répétées un peu partout en Europe.

Seuls quelque 20 % des plaines alluviales d’Europe sont encore considérés aujourd’hui comme capables de stocker l’eau en cas de crues. Selon le WWF, la seule et unique solution durable en matière de prévention des inondations dévastatrices est de travailler avec la nature et non contre elle. 
 
Plusieurs régions d’Europe ont encore subi de graves inondations cet été. Le WWF déplore sincèrement les drames engendrés par ces événements, en particulier dans les Alpes et le cours inférieur du Danube. Les inondations sont un phénomène naturel qu’il est impossible d’éviter, mais leur fréquence et leur intensité deviennent de plus en plus préoccupantes suite au réchauffement global de la planète et au changement climatique.

Il est possible de réduire les dégâts causés par les inondations, mais il faut bien constater que les méthodes traditionnelles – et dépassées - s’appuyant principalement sur des ouvrages techniques se sont avérées inefficaces si elles ne s’accompagnent pas d’autres mesures innovatrices. 

"Les derniers événements prouvent clairement qu’on ne peut contrôler des inondations d’une telle ampleur uniquement grâce à des moyens techniques", déclare Tatjana Brombach, directrice écorégionale du Programme alpin du WWF.

"Construire dans des zones inondables ne fait qu’accroître les risques et même des ouvrages récents de prévention comme le barrage de Pfach dans les Alpes autrichiennes (qui a cédé cette été) se sont révélés dangereusement vulnérables. La seule solution à long terme est de reconnaître l’aide que peut apporter la nature elle-même dans la prévention des risques liés aux pluies torrentielles", a-t-elle ajouté. 

L’environnement terrestre et aquatique a un rôle "naturel" à jouer dans la prévention des risques d’inondations, par exemple en retenant de grandes quantités d’eau dans les zones humides et les plaines inondables. Ces zones font office d’éponges, absorbant et retenant les eaux de crue pour ensuite les relâcher progressivement. Mais aujourd’hui, les zones humides et les plaines inondables ne peuvent plus jouer ce rôle parce qu’elles ne sont plus reliées aux cours d’eau; beaucoup ont été drainées et sont utilisées de manière intensive par les hommes.

Les cours d’eau dont le lit est encore suffisamment large sont capables d’absorber d’énormes quantités d’eau, mais aujourd’hui la largeur de nombreux cours d’eau a été réduite suite à des travaux de canalisation, ce qui augmente les effets dévastateurs des inondations: l’eau n’ayant plus la place nécessaire pour se répandre, elle passe par-dessus les rives artificielles ou rompt les digues de protection, provoquant ainsi des dégâts énormes. 
 
Depuis des années, le WWF demande à l’UE et à ses Etats membres de revoir leur politique en matière de prévention des inondations et de travailler avec la nature plutôt que contre elle.

L’UE dispose d’ores et déjà d’une législation capable de favoriser la réduction des risques liés aux inondations de manière naturelle, en particulier la Directive-cadre Eau de 2000.

La mise en application de cette directive demande une gestion commune de tous les milieux terrestres et aquatiques formant le bassin versant d’un cours d’eau afin d’en améliorer les conditions écologiques: une mesure qui dépasse souvent les frontières d’un seul pays.

Cette approche nécessite une meilleure gestion des terres agricoles et des forêts, afin d’offrir plus d’espace aux cours d’eau et de rendre aux zones humides en amont et aux plaines inondables en aval leur rôle fonctionnel d’autrefois en ce qui concerne la réduction des risques liés aux inondations. 

La Commission européenne met actuellement au point une nouvelle directive consacrée spécifiquement aux risques liés aux inondations.

"Mais, à moins d’inclure des mesures d’un type nouveau dans les plans de gestion des bassins versants prévus par la Directive-cadre Eau, le contrôle des inondations de manière naturelle sera sans doute oublié", déclare Eva Royo Gelabert, responsable de la Politique de l’eau au Bureau de politique européenne du WWF.

"Malheureusement, les documents préparatoires montrent que rien n’est prévu pour harmoniser les deux directives: on constate même un manque de compatibilité en ce qui concerne leur agenda de mise en application. Le WWF demande aux services de la Commission une révision afin d’assurer une cohérence légale entre les deux directives et d’éviter un double emploi en matière administrative et un gaspillage de moyens financiers, et surtout d’offrir une protection efficace aux populations concernées", ajoute-t-elle. 
 
Le WWF demande en outre un soutien financier de l’UE au profit des régions affectées, notamment grâce aux fonds européens de solidarité et de développement rural, afin que puissent être prises des mesures à long terme capables de remédier aux politiques inadéquates d’utilisation des sols et de gestion des eaux qui ont contribué à déclencher les récentes inondations catastrophiques. 

NOTES : 
 
•  D’après la Commission européenne, les inondations ont provoqué la mort de 700 personnes en Europe depuis 1998 ; elles ont en outre entraîné le déplacement de près d’un demi-million de personnes et des pertes économiques estimées à plus de 25 milliards d’euros dans toute l’Europe. Ces chiffres n’incluent pas les pertes humaines et matérielles résultant des inondations de l’été passé en Autriche, en Allemagne, en Suisse, en Bulgarie et en Roumanie. 
 
• Le Programme européen d’action en matière de prévention des risques aux personnes, aux biens et à l’environnement liés aux inondations consiste en un ensemble de mesures comprenant une nouvelle directive qui oblige chaque Etat membre à définir des objectifs de réduction des risques liés aux inondations mais qui laisse à chaque Etat le choix des mesures à prendre. La procédure d’enquête publique est actuellement en cours et prendra fin le 14 septembre prochain. 

Pour plus d’info :
 
Eva Royo Gelabert, Responsable du programme ‘Politique européenne de l’eau" (European Water Policy)
Bureau de politique européenne du WWF,
Tél: +32 2 743 8814,
E-mail: eroyogela@wwfepo.org 
 
Claudia Delpero, Responsable de la communication,
Bureau de la politique européenne du WWF,
Tél: +32 2 740 0925,
Mobile: +32 497 406381,
E-mail: cdelpero@wwfepo.org 
 
Sergio Savoia, Chargé de communication,
Programme alpin du WWF,
Tél: +41 91 820 60 82,
E-mail: sergio.savoia@wwf.ch