Le trafic continu de tortues endémiques menace de réduire à néant des dizaines d’années d’efforts pour conserver l’héritage naturel de Madagascar



Posted on 13 April 2013  | 
Rien que pour les premiers mois de cette année 2013, déjà 1026 individus des deux plus célèbres espèces endémiques de tortue malagasy menacées ont été saisis à partir de tentatives d’exportation illicite. Qui sait combien de tortues sont parties sans que personne ne le sache ou ne les attrape ? Dans l’un des cas les plus récents, 54 tortues angonoka, l’espèce la plus rare et la plus menacée au monde, avaient déjà parcouru le chemin jusqu’en Thaïlande avant d’être saisies.

Nous, organismes non-gouvernementaux œuvrant pour la conservation des ressources naturelles pour le bien durable des communautés locales, tenons à exprimer notre vive inquiétude face à l’intensification du commerce illicite des tortues terrestres, tant sur le marché national qu’international. Si avant la crise politique actuelle, l’ensemble des cas de trafic interceptés en un an comprenait tout au plus une centaine d’individus, ce chiffre est désormais à multiplier par dix pour les seuls cas enregistrés. Cela se traduit par le fait que, par exemple, la tortue radiée de Madagascar était l’espèce la plus représentée sur le marché noir asiatique en 2010. Il est temps d’agir car bientôt les tortues malgaches atteindront le seuil critique où elles ne pourront plus être sauvées quoi qu’on fasse.

En tant qu’espèces phares des écosystèmes uniques de Madagascar, ces tortues font partie intégrante de la biodiversité de renommée mondiale et de l’héritage naturel de la Grand Ile.

Perdre ces créatures si fascinantes qui ont traversé des millions d’années au profit d’une minorité de trafiquants serait une catastrophe irrémédiable pour la conservation à Madagascar, et embarrassante, voire honteuse pour le peuple malagasy tout entier, à commencer par ses dirigeants.

Nous appelons les autorités compétentes à agir urgemment pour que de tels actes criminels soient fermement réprimés et punis, et que les espèces de Madagascar ne soient plus les otages des situations de crise politique.

Nous invitons chaque citoyen à prendre conscience du fait que le développement durable du pays repose avant tout sur la prise de responsabilité de chacun. Nous avons tous la responsabilité de dénoncer le trafic illicite et le prélèvement des tortues de la nature.

A travers cet appel, nous confirmons notre engagement à œuvrer pour la biodiversité de Madagascar et pour le bien-être des communautés locales propriétaires de ce patrimoine naturel.

Alliance Voahary Gasy
Conservation International
Durrell
Madagascar Biodiversity Partnership
Turtle Survival Alliance
Wildlife Conservation Society
WWF



Les tortues à soc saisies à Bangkok ce mois de mai, 2013
© Traffic/P.Tansom Enlarge
Such Radiated Tortoises were found for sale in Chatuchak Market, Bangkok, although their commercial international trade is prohibited.
Des tortues radiées de Madagascar sont souvent vendues dans les marchés d'animaux de compagnie en Thaïlande.
© Martin HARVEY / WWF-Canon Enlarge