Pour le WWF, l'énergie nucléaire n'est pas la solution au problème du réchauffement global | WWF

Pour le WWF, l'énergie nucléaire n'est pas la solution au problème du réchauffement global

Posted on 06 April 2000    
Tokyo, Japon - L'énergie nucléaire ne devrait en aucun cas faire partie des stratégies destinées à lutter contre le réchauffement global, selon un nouveau rapport publié par le WWF. (1)

Réalisé par le World Information Service in Energy (WISE), à Paris, ce rapport passe au crible les programmes d'énergie nucléaire dans le monde, et compare les différentes options technologiques susceptibles de permettre une réduction du CO2, le principal gaz à effet de serre. (2)

L'étude montre que le recours accru à l'énergie nucléaire n'est pas forcément synonyme de diminution des émissions de CO2. Cela est notamment dû au fait que les grandes centrales électriques tendent à pousser à la consommation d'électricité plutôt qu'à encourager la chasse au gaspillage tant en matière d'approvisionnement que d'utilisation de l'énergie.

De plus, le rapport souligne que l'énergie nucléaire ne génère que de l'électricité, alors que l'essentiel de l'énergie est requis sous forme de chaleur. Cela signifie que davantage de combustible fossile doit être brûlé pour générer cette chaleur, ce qui accroît les émissions de CO2.

"Les décideurs seraient bien inspirés de renoncer à l'énergie nucléaire dans leurs politiques nationales relatives au climat et au Protocole de Kyoto," prévient Jennifer Morgan, directrice de la campagne du WWF sur le changement climatique. "Les gouvernements ne devraient pas favoriser la construction, la rénovation ou l'augmentation de puissance des centrales nucléaires. Le Protocole doit servir à soutenir des solutions novatrices ainsi que l'expansion du marché des sources d'énergie véritablement propres et efficaces."

Des pays comme le Canada, la France et le Japon n'ont pas ménagé leurs efforts pour promouvoir l'énergie nucléaire dans les pays en voie de développement au nom du "mécanisme pour un développement propre" inclus dans le Protocole de Kyoto. Pourtant, l'exemple de la Chine devrait servir de référence. Dans ce pays, les économies d'énergie réalisées entre 1980 et 1997 ont représenté l'équivalent de 430 millions de tonnes d'émissions de CO2.

En outre, le rapport fait état d'une industrie nucléaire sur le déclin, minée par la libéralisation du secteur de l'électricité, l'abandon progressif des grandes centrales au profit de petites installations fonctionnant au gaz, l'importance croissante de l'énergie éolienne et le problème récurrent de la sécurité et des déchets.

Mais si ce déclin est apparent dans la plupart des pays occidentaux, le Japon et la Corée du sud restent décidés à accroître leur capacité nucléaire. Ainsi, le gouvernement japonais espère construire 13 à 20 nouvelles centrales.

"Le Japon est un bon exemple de la manière dont l'énergie nucléaire empêche les innovations dans le domaine énergétique," observe Yurika Ayukawa, du WWF-Japon. "Les centrales chaleur-force, par exemple, ne représentent pas même 2% de la production énergétique japonaise contre plus de 50% dans un pays non nucléaire comme le Danemark. Et moins d'un pour cent de l'énergie japonaise est produite à partir de sources renouvelables contre 6% dans l'Union européenne."

Pour tout renseignement complémentaire:

Jennifer Morgan, directrice, campagne du WWF sur le changment climatique, tél.: +81 90 1214 3432 (portable).

Yurika Ayukawa, politique climatique, WWF-Japon, tél.: +81 3 3769 1713 ou +81 90 1760 5022 (portable).

Makiko Mizuno, service de presse, WWF-Japon, tél.: +81 3 3769 1714

NOTES

1. Climate Change and nuclear power, par Mycle Schneider, directeur de WISE-Paris, sur mandat de la campagne du WWF sur le changement climatique, avril 2000.

2. WISE-Paris a été fondé en 1983 et fournit des informations et des services de consultants sur les questions relatives à l'énergie. Parmi ses clients, WISE compte des gouvernements, des institutions des Nations unies, la Commission européenne, le Parlement européen, des organisations non gouvernementales et des organes d'information.

Subscribe to our mailing list

* indicates required