Les premières participantes Malgaches au Barefoot Collège ont réussi leurs formations



Posted on 24 September 2013  | 
Les grand-mères en train d' installer des panneau solaires
© Barefoot CollegeEnlarge
 Après un semestre de formation en Inde, qui s’est achevé le 31 Aout 2013, les sept femmes Malgaches originaires de Iavomanitra, Fandriana et de Tsaratànana, Vondrozo ont rejoint Madagascar fortes d’un savoir-faire en matière de technologie solaire photovoltaïque acquis au sein du Barefoot Collège de Tilonia, Inde.

« C’est un miracle pour nous car n’oubliez pas que nous savons à peine lire et écrire, et que nous vivons dans des villages très éloignés, si bien que notre vie à l’extérieur a été une péripétie de découvertes extraordinaires », commente Berthe Razanamahasoa, 52 ans, de Iavomanitra. « Nous avions cours tous les jours de 9h à 15h, sauf le week-end. Nous faisions des exercices, à partir des démonstrations des enseignants. Nous réalisions des tests et apprenions à monter et à démonter des panneaux solaires, à fabriquer des régulateurs et des lanternes solaires aussi rapidement et aussi efficacement que possible. Les premiers jours étaient difficiles mais une fois le principe assimilé et la communication établie avec les autres participantes, nous avons réussi à maîtriser les techniques. En somme, une expérience extraordinaire en tant qu’étudiantes et en tant que femmes. Nous avons appris à manier des outils nouveaux, nous avons partagé des traditions et des connaissances et visités des lieux incroyables tels que le Taj Mahal, nous qui nous émerveillions déjà des marchés de Farafangana et de Fandriana… », selon Philomène, originaire de Tsaratànana, 50 ans.

« Nous avions appris beaucoup de choses sans même parler ni l’anglais, ni le français. Nous étions 36 grands-mères de Madagascar, des îles Comores, de Niamey, des Philippines, du Nicaragua et de plusieurs autres régions : nous avons appris des techniques nouvelles, en utilisant le mime et en apprenant des mots nouveaux qui nous étaient communs », explique Zafitsiha, 43 ans, de Tsaratànana. Des mots nouveaux anglais et indiens, qui donnaient aux conversations de ces dames un air de tour du monde linguistique, mais qui leur a permis de comprendre les différentes techniques de fabrication, montage, démontage, entretien et de réparation de systèmes solaires.

Un collège pour les femmes des pays en voie de développement

La formation en Inde a été entièrement prise en charge par le gouvernement Indien et le Barefoot Collège, littéralement « l’école des pieds nus », et a été possible grâce à la contribution d' un généreux donateur belge et de Climate Friendly. Créée dans les années 1990, par l’Indien Bunker Roy, le Barefoot Collège se spécialise dans la formation des femmes rurales originaires des pays en voie de développement pour vulgariser l’accès à l’électricité par systèmes solaires dans leurs villages. Le Barefoot Collège pose des conditions strictes auxquelles ont été soumises la sélection des participantes malgaches : toutes doivent être grand-mères, n’avoir aucune responsabilité communautaire ou élective dans leurs villages, avoir un faible niveau scolaire et bénéficier de l’aval de leurs proches pour participer au projet. « L’expérience du Barefoot Collège a permis de constater que les grands-mères sont plus enclines à rester dans leurs villages, après leurs formations, au contraire des jeunes qui quittent souvent leurs hameaux pour la ville. En choisissant des personnes illettrées et/ou déscolarisées, l’approche veut démontrer qu’il est possible pour chacun, quelles que soient leurs réalités, de contribuer à améliorer leurs conditions de vie ainsi que celles de leurs villages » selon Voahirana Randriambola, coordinatrice du Programme Footprint de WWF.

La sélection des participantes aux formations se fait au cours d’une concertation de toute la communauté villageoise. De grandes réunions villageoises ont été organisées au cours de laquelle tous les petits hameaux environnants étaient présents. A l’issue de plusieurs heures d’échanges entre les équipes du Barefoot Collège, de WWF et des villageois eux-mêmes, les sept femmes ont enfin été choisies et ont reçu la bénédiction des sages, des anciens et des autorités locales.

La lumière dans les foyers, une autonomie énergétique

Une nouvelle ère commence pour les deux villages de Iavomanitra et de Tsaratànana, comme le confirme le maire de Miarinavaritra, commune rurale à laquelle est rattaché le village de Iavomanitra, dans l’Amoron’Imania : « Sans hésiter, je dis que ceci est une révolution pour nous. Nous pouvons enfin apporter la lumière dans nos foyers et ce, en utilisant l’énergie générée par le soleil, c’est un moyen propre, moderne et abordable qui changera la vie de nos concitoyens ».

Ces sept femmes sont la première promotion de Malgaches au sein du Barefoot Collège. « De retour dans leurs villages respectifs, elles seront les initiatrices de l’électrification par système solaire de chaque foyer» souligne Voahirana Randriambola de WWF. Les comités villageois préparent actuellement les locaux dans lesquels travailleront ces femmes : une grande salle où bientôt, seront entreposés les matériels et équipements nécessaires, financés par WWF et ses partenaires. « Chaque foyer aura son propre système solaire et pourra utiliser des ampoules basse consommation dont le nombre a été déterminé par chaque famille suivant leurs besoins quotidiens, et moyennant une contribution de leurs parts ». A ce jour, les villageois de Tsaratànana et d’Iavomanitra s’éclairent aux lampes à pétrole, dont le litre varie sensiblement suivant les saisons, et utilisent des piles pour leurs appareils tels que les radios. Une famille de six à dix personnes consacre en moyenne un budget mensuel de 13 000 à 17 0000 Ar pour l’achat de piles et de pétrole lampant, ce qui est une dépense conséquente compte tenu de leurs modestes revenus. L’utilisation de systèmes solaires pourra soulager ces familles : « La contribution mensuelle des ménages est comprise entre 3 000 Ar et 10 000 Ar; en payant 10 000 Ar par mois, un foyer peut utiliser trois ampoules, une prise pour la radio ou pour recharger un téléphone, ainsi qu’une lanterne solaire portable », confirme Voahirana Randriambola.

Cette démarche d’autonomie énergétique à travers l’utilisation de l’énergie solaire, propre et renouvelable s’inscrit dans la vision de WWF, qui marque ses cinquante ans à Madagascar en cette année 2013. L’autonomie énergétique de ces villages contribuera à leur développement favorisant ainsi la réduction des pressions sur les ressources naturelles. A terme, l’action des sept grands-mères devrait faire tâche d’huile autour des villages et au-delà pour permettre l’accès à l’énergie solaire au plus grand nombre.
Les grand-mères en train d' installer des panneau solaires
© Barefoot College Enlarge
Les participantes au WWF à Antananarivo après avoir donné une conférence de presse
© WWF Madagascar / Martina Lippuner Enlarge

Subscribe to our mailing list

* indicates required