Climate Witness: Leonor Corral, Philippines



Posted on 06 April 2010  | 
Je m’appelle Leonor Corral. J’ai 50 ans et je suis maire d’une ville du nom d’El Nido – «nid» en espagnol – dans la province de Palawan aux Philippines.

English | Français | Español

J’ai habité à el Nido pour la plus grande partie de ma vie et je suis un testament vivant de la façon dont les années l’ont changé. Auparavant nous avions une saison aride et mouillée précise. Les ouragans n’atteignaient jamais notre région. Nous avions une abondance de poissons et de calmars et avions un système d’eau qui atteignait toutes les familles – une source d’eau fraîche annuelle pour les champs de riz et pour les ménages.

Le phénomène El Niño qui a secoué le pays en 1998 nous a donné notre première expérience de blanchissement de coraux et de ses conséquences très couteuses. Nous avons été frappés très fort parce que les récoltes de poissons ont diminuées significativement depuis, et beaucoup de gens gagnent leurs vies sur les richesses de la mer. Il fut un temps où mon frère pêchait devant le village et en tant que famille nous pêchions des calmars. Ces jours-ci? Nous nous comptons chanceux si nous pouvons accumuler cinq ou dix kilos.

Aujourd’hui, les typhons sont typiques, même dans les Îles Calamianes au Nord. Nous portons le poids des lourdes inondations, et de l’érosion du sol qui les accompagne. Les cocotiers qui un jour se trouvaient partout sur les littoraux ne sont plus là et les inondations montent et se rendent jusqu’au village. L’eau fraîche se fait rare et ne se rend pas à tout le monde. Nous essayons encore de trouver une bonne source d’eau. En plus de tout cela, les gens migrent de plus en plus à El Nido mettant encore plus de pression sur nos ressources.

À la poursuite d’une planète vivable


El Nido est guidé par la vision du développement durable. Pour combattre les effets du changement climatique, nous renforçons la protection stricte de l’environnement. Chaque village doit déclarer ses lignes de partage des eaux et de sanctuaires marins. Les codes des pêcheries sont fortement renforcés. Nous avons établis des programmes avec des possibilités alternatives de gagner sa vie pour venir en aide aux gens qui dont face à des récoltes de poisson diminuées – la culture d’algues, l’engraissement des crabes, l’élevage organique de porc, et même des projets de reforestation de manglier comme une option alternative à la production de charbon. Nous avons même du personnel dédié à la protection de l’environnement.

Le changement du climat nous affecte présentement. Tous nos programmes seront inutiles si nous ne protégeons pas notre environnement.


 

Révise scientifique

Révisé par: Dr Rodel Lasco, Philippines Programme Coordinator, World Agroforestry Centre, ICRAF, Philippines

Les observations de Leonor à propos du blanchissement des coraux sont consistantes avec les observations globales en tant que résultat de températures marines plus élevées.

Cependant ses observations sur une augmentation de typhons ne sont pas supportées par la littérature contrôlée par les pairs et par les observations des records du bureau météorologique (PAGASA). Les enregistrements du PAGASA montrent que le nombre de typhons à travers les Philippines est resté plus ou moins le même. Néanmoins dans les Philippines centrales une petite augmentation de typhons a été enregistrée et ceci pourrait être le cas de Palawan. Encore à ce point, ses observations pourraient aussi être expliquées par la variabilité du climat.

La plupart des modèles montrent une tendance augmentée en précipitations et en événements extrêmes. Alors les observations de Leonor pourraient être une indication des impacts potentiels sur le climat de la région.

Tous articles sont sujet à revue scientifique par un membre du Climate Witness Science Advisory Panel.
 
Climate Witness: Leonor Corral
Climate Witness: Leonor Corral
© WWF Enlarge
Climate Witness: Leonor Corral
Climate Witness: Leonor Corral
© WWF Enlarge

Subscribe to our mailing list

* indicates required